November 2, 2017

October 22, 2017

August 16, 2017

Please reload

Posts Récents

Prendre de la distance

August 1, 2017

 

 

Souvent, lorsqu'on se fait agresser verbalement, accusé, ou qu'on est victime, on se sent visé personnellement, on va se centrer sur la souffrance à l'intérieur de soi, et accuser l'autre pour son manque de respect, sa méchanceté par exemple.

 

Difficile alors de dire qu'il ne faut rien prendre personnellement, qu'il faut prendre de la distance, ne pas tout remettre en question etc. Et pourtant, c'est là que je souhaite vous accompagner aujourd'hui, en vous expliquant la raison de toute chose, de toute rencontre, de tout événement qui se produisent dans votre vie, surtout lorsque cela vous fait mal, vous fait de la peine ou vous donne le sentiment d'une grande injustice.

 

Si je vous disais que selon le plan divin, selon le plan de votre âme et de toutes les âmes que vous rencontrez, tout est juste, tout est parfait, que ressentiriez-vous ? De l'incompréhension probablement, voire de la colère, et certainement le refus d'adhérer à ce genre de sornette. Car lorsqu'on vous fait un sale coup, qu'on vous ment, ou qu'on vous trahit, il est clair que vous êtes une victime, et que l'autre est le bourreau. Et vous avez raison bien sûr.

 

Lorsque vous vivez une injustice, une trahison, il est important de reconnaître votre souffrance, votre blessure, et d'accueillir les émotions, colère, tristesse, qui en découlent. Si vous avez perdu votre job à cause des mensonges d'un collègue, il est normal de ressentir cela. Ce serait dangereux de ne rien ressentir, ou d'être dans le déni par exemple. Car la première étape du processus de guérison, qui vous permettra de passer à autre chose par la suite, est de reconnaître que vous avez été victime et que votre souffrance ou revendication sont donc justifiées.

 

Si vous ne le faites pas, ou si on vous empêche de le faire, alors vous allez soit stagner, tomber en dépression, soit développer une rancune, de l'amertume, ou encore voir resurgir, des années plus tard, la souffrance sous forme d'une symptomisation. Tenter de vous faire croire que vous ne ressentez rien est une erreur, et le déni n'a jamais aidé qui que ce soit.

 

Il est normal de vous sentir victime, de vous identifier à ce rôle. Mais le problème c'est quand vous restez coincé dedans, que toute votre vie est ensuite une succession de souffrances découlant, selon votre perception, de la responsabilité de celui ou celle qui vous a fait souffrir. Certes il y a eu un événement générant de la souffrance, mais qu'allez-vous en faire ? Rendre l'autre responsable à vie de tous vos futurs échecs ? Rebondir pour changer radicalement de vie ? C'est votre perception de l'événement qui va créer une attitude toute individuelle, alors qu'une autre personne vivant absolument la même chose réagira complètement différemment. Il y a fort à parier d'ailleurs que vous ne compreniez pas pourquoi tout le monde ne voit pas les choses comme vous.

 

Parce que vous l'avez pris personnellement. Parce que c'est vous et vous seul, dans votre perception, qui souffrez en cet instant, et que de toute façon personne ne peut comprendre ce que cela a créé en vous. Et vous avez raison en quelque sorte, car même si votre thérapeute, votre meilleur ami, votre maman, vous disent qu'ils comprennent , c'est faux : vous êtes unique, et c'est pour cela qu'il est souvent bien difficile de trouver les mots appropriés lorsqu'un proche souffre. Votre perception de l'événement est différente de ceux qui vous côtoient, et tout est juste ainsi.

 

Alors comment faire pour s'extraire de la souffrance ? Cela va vous sembler étrange, mais cela passe par reconnaître votre responsabilité dans ce qui a été vécu avec l'autre. Je sais, cela n'est pas facile, car ce serait comme ajouter au sentiment d'incompréhension et d'injustice en vous. C'est pourquoi la première étape est de reconnaître que vous avez été victime et que l'autre a été le salaud qui vous a fait souffrir.

 

L'étape suivante est de se distancier, tel un spectateur ou un écouteur qui a assisté à une pièce de théâtre, dans laquelle vous avez joué. Bien sûr, de votre point de vue, vous n'avez pas choisi ce rôle ingrat, vous n'êtes pas masochiste, et vous n'êtes que la victime dans le scenario. Alors essayez ceci : imaginez que vous êtes dans un théâtre, et que sur la scène il y a vous, être humain, avec la personne qui vous a fait souffrir, et VOUS, âme divine, ou Moi Supérieur, qui est spectacteur/trice assis dans les tribunes. Votre MS (Moi Supérieur) observe, écoute ce spectacle, cet acte qui se joue devant lui. Il n'y met pas d'émotionnel, il ne s'inclut pas dans cette scène. Il se base uniquement sur ses yeux et ses oreilles, écoute les propos, regarde les attitudes, dans une totale neutralité. Qu'allez-vous en faire ?

 

Si vous restez dans cet état d'observateur, vous réaliserez que les deux protagonistes jouent un rôle, mais que chacun d'entre eux aurait la possibilité de s'en extraire, en changeant de place sur la scène, voire en sortant de la scène, ou alors en décidant de changer le dialogue, le scenario. Vous réaliserez que vous auriez pu dire autre chose, faire autre chose, mais que comme vous étiez complètement dans votre émotionnel, vous avez tout pris personnellement, vous êtes senti jugé, accusé, blessé ou agressé par exemple.  Ce que vous ne savez pas à cet instant, c'est que l'autre, le bourreau, le méchant, le traître, projette en réalité quelque chose sur vous, voit en vous une menace par exemple, et qu'il n'a d'autre moyen que de vous déstabiliser pour conserver sa propre stabilité, ou son semblant de stabilité. Tout n'est qu'apparences alors, avec deux personnes qui projettent sur l'autre un rôle spécifique, et l'impossibilité à chacun de s'en extraire à cause de l'émotionnel qui va tout figer.

 

Si vous mettez l'émotionnel de côté, et vous contentez des actes, des faits, alors vous ne voyez plus les choses de la même manière, vous relativisez, vous vous distanciez. Ainsi vous réalisez que les mots et l'attitude de l'autre reflètent davantage une peur que de l'agression ou une volonté de faire mal. Car ce n'est que la peur qui crée ce genre de situation désagréable. Vous pensiez être la cible et en fait vous êtes juste un miroir sur lequel se projette la peur de votre interlocuteur/bourreau. Je sais que ce n'est pas facile, lorsqu'on se sent accusé, jugé ou agressé, de se dire que ce n'est qu'une peur de l'autre qui se projette sur soi, et pourtant l'idéal serait d'arriver à se distancier dans les minutes qui suivent les propos ou l'acte de l'autre, afin de revenir en votre centre, pour ressentir la peur de l'autre, ouvrir un dialogue plutôt que de réagir promptement et émotionnellement, ce qui va augmenter la peur de l'autre et votre courroux ou votre tristesse.

 

Je ne dis pas que vous devez acceptez d'être maltraité, insulté. Il est toujours important de se respecter pleinement, et il est parfois nécessaire d'instaurer des limites fermes afin de ne pas être blessé physiquement, ou éviter la montée en puissance des projections et accusations des deux côtés. La respiration ventrale est fort utile dans ces cas, ainsi que la transmutation énergétique afin de ne pas conserver en vous ce qui a été projeté par les autres envers vous (je remanie actuellement mon livre pour vous le proposer fin octobre normalement. Je vous tiendrai informé par mail si vous êtes abonné à ma newsletter).

 

Il existe ensuite un plan plus élevé de compréhension de toutes vos relations en souffrance, que cela soit au travail, en famille, en amitié ou en amour : il s'agit du plan divin, du plan de votre âme notamment. Nous faisons en effet tous partie d'une famille d'âmes, que nous retrouvons d'incarnation en incarnation, chacun jouant un rôle spécifique. Ainsi vous serez le père passé de votre maman actuelle, ou la victime, dans une autre vie, de votre soeur actuelle, ou encore le bourreau du passé de votre patron actuel etc. Cela s'appelle l'expérimentation de la Vie. Votre MS sait exactement le rôle qu'il a à jouer ici-bas, et l'être humain, qui oublie son origine mais également sa mission sur Terre, va vous conduire à faire les rencontres prévues sur le plan subtil, afin de vous permettre de comprendre les facettes de votre Etre qui sont dans l'ombre, dans la souffrance.

 

Quoi de "mieux" que de vivre un événement vous faisant souffrir, afin de réaliser que vous souffrez ?! Cela vous semble tordu ? Je comprends, mais c'est ainsi que l'on peut découvrir vos blocages, vos contrats karmiques, et les dissoudre pour vous en libérer.

 

Car le temps est véritablement venu de vous défaire de tous ces karmas inutiles, de toutes ces expériences qui ont laissé tant de traces dans votre âme que vous en êtes maintenant complètement prisonnier. Alors vos âmes soeurs et vous avez passé un accord, qui est de vous aider à prendre conscience de vos souffrances pour pouvoir vous en libérer. Et peu importe la manière je dirais, du moment que cela vous fasse sortir de votre torpeur et vous pousse à changer.

 

Alors, la prochaine fois qu'on vous fera un sale coup, osez exprimer vos émotions et ressentis, mais ne restez pas figés dedans, et placez-vous vite sur le plan du spectateur, afin d'élargir votre vision de la situation, de vous en distancier. Et alors vous pourrez, rapidement ou au fil des mois, voire des années, avoir la compréhension qu'en réalité les âmes qui vous ont maltraitées l'ont fait dans le seul objectif de vous libérer mutuellement de vos karmas respectifs.

 

Quelles que soient les apparences, la gravité de ce que vous avez vécu a été prévu sur le plan de votre âme, afin de vous permettre de vous libérer de toutes les entraves à votre évolution spirituelle, à votre expansion. 

 

Aujourd'hui vous portez tous tellement de karmas en souffrance (sauf pour les âmes qui s'incarnent pour la première fois sur Terre, et qui sont hors karma) que seuls des électrochocs puissants pourront vous permettre d'en prendre conscience. Vous avez tous développé de telles résistances que ce n'est qu'en étant à terre émotionnellement ou physiquement, que vous pourrez ouvrir votre perception sur une autre dimension et retrouver votre connexion spirituelle.

 

J'ai tout à fait conscience que ce post peut déranger, perturber, voire vous donner envie de me contacter pour me dire que c'est cruel d'affirmer ce genre de choses quand on vient de vivre un deuil. Et j'entends, j'accueille tout cela. Un jour vous ressentirez et comprendrez mes propos.

 

Je ne suis pas là pour vous convaincre. J'ai fait le choix aujourd'hui de vous offrir une autre vision de l'expérience de vie sur Terre. Croire que ce que vous êtes ici est la réalité est une erreur, car vous êtes tellement plus que cela. Si vous vous identifiez à vos souffrances, vous vous empêchez de vivre votre divinité. Je ne vous propose pas de devenir insensible ou indifférent. Je le répète : il est primordial de vous donner le droit de ressentir vos émotions, afin de pouvoir ensuite aller dans une perception plus spirituelle de la Vie, de VOTRE vie. Mais n'avez-vous pas envie de retrouver votre véritable nature, de rayonner votre étincelle lumineuse à chaque instant de votre vie ? Car c'est cela que vous êtes : une étincelle divine manifestée dans la densité.

 

Peu importe votre mission, car à mon avis le plus important est de vous reconnaître, de vous vivre dans votre véritable nature, et non plus vous limiter dans l'ego. Il est temps d'unir tous vos aspects, visibles et invisibles, ego et spirituel, ombre et lumière.

 

Ne prenez plus tout au sérieux, ne vous laissez plus aspirer par les projections des autres et des vôtres sur les autres, restez centré et à l'écoute de votre intérieur plutôt que d'écouter ce que les autres disent de vous. Soyez certain de votre nature précieuse et lumineuse, et vivez chaque instant dans la certitude que tout a été merveilleusement orchestré pour votre libération karmique. Après, les scenari sont parfois bien obscurs, générateurs de souffrances, mais si vous comprenez que cela n'est qu'une pièce de théâtre alors vous pourrez rapidement avoir la compréhension élevée de l'expérience, et pourrez vivre votre vie plus sereinement.

 

Dans la Joie et la Lumière,

 

Sylvie 

Please reload

Please reload

Archives

© 2008 lumiere-d-etre.ch