November 2, 2017

October 22, 2017

August 16, 2017

Please reload

Posts Récents

Sexualité et amour/Amour

August 22, 2016

 

 

 

 

 

Je discutais avec une amie l'autre jour, et elle me parle de sa difficulté actuelle à rencontrer une partenaire idéale. Elle est homosexuelle et elle est confrontée à certaines difficultés. Ainsi, elle partagea avec moi le fait que la plupart de ses amies la poussent non seulement à crier sur les toits son homosexualité et à sortir du placard, mais qu'également elles la poussent à sortir à tout va pour rencontrer des personnes pour des histoires d'un soir.

 

Cette amie était choquée, se demanda si elle était normale, ou vieux-jeu etc. Je lui ai proposé de méditer sur ce sujet et de faire un post, alors le voici.

 

Tout d'abord, qui a raison ? Mais personne bien sûr. Et chacune (et chacun...)!  Car à nouveau il n'y a là que des croyances générant des comparaisons et donc... ? Des jugements !!! Et ensuite des peurs... On en revient toujours au même principe, comme une sorte de malédiction. Oui, on peut dire ça car nous sommes tous sous la dictature de nos croyances, et la société actuelle ne nous aide pas à rester dans notre centre et à nous distancier des jugements et peurs.

 

Et pourtant c'est cela qui va vous aider, dans tous les domaines, y compris dans le domaine de la sexualité.

 

Est-ce bon pour vous que d'avoir des aventures d'un soir ? Eh bien cela peut l'être si c'est un moyen de décompresser, que vous ne pouvez vous engager dans une relation car vous êtes débordé côté boulot, ou que vous avez un autre projet personnel par exemple.

 

Est-ce que cela est satisfaisant sur le long terme ?  Je ne le pense pas. Je vous explique ma perception des choses et vous prendrez ce qui vous correspond. 

 

Je vais ici vous conter une histoire sans doute banale, mais qui vous permettra de mieux comprendre ce qu'est la sexualité pour la plupart des gens, comment ils confondent amour et tendresse, comment on projette des attentes sur une personne et ce qu'est la sexualité consciente. Tout cela sans jugement, sans accusation, sans moralisation aucune.

 

Prenons le cas d'une femme frustrée, en manque d'affection et de démonstration d'affection. Elle prend soin de son époux, de ses enfants, mais est réduite au rôle d'intendante du quotidien. Elle ne peut demander de l'aide à son compagnon car il part à 7h et rentre à 20h, épuisé, parfois énervé. Elle se tait, elle essaie de se montrer tolérante et compatissante, mais ses besoins d'attention sont bien réels. Un jour elle rencontre un homme qui la complimente, et elle se sent exister à nouveau. Elle reprend confiance en sa propre capacité à plaire, elle a envie de s'acheter de jolis sous-vêtements. Elle sourit à nouveau, et elle est même moins fatiguée.

 

Lorsque cet homme la contacte elle se sent valorisée, et là se développe en elle une projection amoureuse alors que cet homme projette plutôt du désir. Car il la trouve sexy, sympa, drôle. Mais il est marié lui aussi, et ne souhaite pas s'investir, mais juste se détendre, se sortir de ses tracas quotidiens.

 

il a une épouse dépressive, qui lui fait tout un tas de reproches souvent liés au manque d'argent (selon ses critères à elles). Il ne se sent pas valorisée, il n'a pas de plaisir à rentrer chez lui le soir après une journée de travail harassante. Alors quand il rencontre cette jolie femme qui ne demande qu'à s'ouvrir telle une fleur restée trop longtemps dans l'ombre, il se sent investi d'une mission : la séduire.  Il ne pense pas à mal, il a juste besoin de s'évader. Il aimerait un peu de douceur et de tendresse, mais surtout s'évader, se vider la tête... et vider son stress. Faire l'amour lui ferait tellement de bien, et cette femme qui l'attend à la maison ne le veut plus car elle a trop de choses à faire toute la journée. Mais là il y a cette autre femme, si douce, souriante, et alors il se sent bien, visible, important.

 

On en revient donc à ce que chacun va projeter sur l'autre. Comme j'ai déjà développé le sujet du couple, et qu'ici je souhaite aborder la sexualité, on va avancer dans le scénario. 

 

Les deux protagonistes sont frustrés : ils manquent de douceur, de partage, de relaxation, de tendresse. Elle rêve d'amour, d'attention, de tendresse. Il rêve de tranquillité, d'un espace tendre et paisible...

 

Toujours sans juger, cet homme va avoir un réel plaisir à faire l'amour à cette femme reconnaissante. Il va se détendre. Elle va se sentir choyée. Ont-ils les mêmes attentes ? Oui et non. Tous deux ont besoin de recevoir, mais pas de la même manière. Est-ce que l'homme est un salaud ? Certes non. Est-ce que la femme est une pauvre femme stupide ? Non plus. Il y a juste utilisation de l'acte sexuel pour se sentir bien. Et il n'y a rien de mal à cela. On a tout à fait le droit de faire l'amour comme toute autre activité qui apporte bien-être et détente, et dire que cela est mal serait tout à fait ridicule.

 

Je dirai toutefois que cela est juste du moment que les deux partenaires sont conscients de leurs attentes, de leurs besoins, qu'ils les expriment à l'autre, et que l'autre peut également parler de ses propres besoins. Ainsi tout est équilibré et harmonieux. Mais dans l'histoire relatée ici, les deux partenaires sont en réalité en recherche d'un comblement d'une souffrance, et croient que la sexualité va leur permettre de résoudre un mal-être, faire oublier le quotidien, et dans ce cas il y a risque d'utiliser l'acte sexuel comme un moyen de compensation, voire un exutoire. 

 

Ainsi, parce que les êtres humains sont dans le mal d'amour, incapables de s'aimer eux-mêmes, ils vont chercher à l'extérieur une personne capable de leur dire qu'ils sont aimables (dans le sens de mériter d'être aimé). Et on en retourne encore et toujours au fait que vous donnez à l'autre le pouvoir de vous rendre heureux, épanoui, alors que cela est censé venir de votre intérieur.

 

Et on arrive à l'amour et l'Amour...

 

Faire l'Amour en conscience, c'est être présent à soi, c'est offrir à l'autre ensuite, c'est créer un espace sacré, mais faire l'amour (avec un "a" minuscule), c'est utiliser l'autre pour aller mieux... Je sais que cela va en déranger certains, mais c'est ainsi que cela se passe, sur de nombreux plans. Je le répète, si chacun est conscient de ce qu'est l'amour minuscule, alors pas de souci. Mais qui l'est vraiment, franchement ?

 

Mentalement cela peut déstresser.

Emotionnellement cela peut réconforter

Physiquement cela peut redonner un contact avec les formes, les contours

Et spirituellement ?

 

Seul l'Amour majuscule va créer une communion, y compris dans le physique, l'émotionnel, le mental et le spirituel.

 

Encore une fois je ne juge pas, je vous informe simplement.

 

Lorsque vous faites l'amour (minuscule ou majuscule), vos chakras et ceux de votre partenaires se mélangent, voire se nourrissent ou se vident. Ainsi, une personne alcoolique aura des chakras affaiblis, et se nourrira, pendant l'acte sexuel, de l'énergie des chakras de l'autre. C'est ainsi qu'un partenaire peut se sentir régénéré après une relation intime, et l'autre se sentir épuisé... Et cela n'a rien à voir avec les efforts physiques...

 

Chacun fait comme il peut, et trouve la source de revitalisation, de décompression, dans une activité ou une autre, et dans ce cas, faire l'amour est juste une activité comme une autre.

 

Faire l'Amour en conscience, c'est rencontrer l'autre dans sa totalité, et pas dans une réduction à une ou plusieurs zones physiques érogènes, ni à l'aboutissement d'un orgasme. C'est ainsi qu'il y a de plus en plus de personnes qui décident soit de ne plus faire l'amour du tout, soit de se montrer exigeant quant à la présence de l'autre dans ce partage. Et ceci est tout à fait compréhensible pour vous maintenant je pense.

 

Je ne dis pas que vous devez arrêter de faire l'amour, d'avoir des aventures, car cela peut vous paraître juste pour le moment, et donc cela l'est. Je vous offre ici une autre conception de l'acte de partager votre énergie sexuelle avec un autre être. Faire l'Amour, comme avec le Tantrisme (souvent très mal compris, car réduit à une pratique sexuelle alors qu'il s'agit d'une philosophie de vie au quotidien), signifie se rencontrer Soi, avec l'Autre. 

 

Je dirais donc à cette amie inquiète de ce que l'on pense d'elle, qu'elle peut vivre sa sexualité de la manière qui lui semble la plus respectueuse de ses ressentis et besoins, sans pour autant juger les pratiques des autres personnes. Chaque être humain a le droit d'expérimenter la sexualité de la façon qui lui correspond dans le moment présent (avec le respect et l'accord mutuels, je n'ai pas besoin de le dire). Cela est une étape, une expérience, c'est tout. Un jour plus ou moins proche, un être, puis un autre, s'éveille à un autre besoin, un autre désir : l'authenticité, la transparence, l'Amour. Mais cela ne peut se produire à travers l'autre, ni pour l'autre. Cela ne peut arriver qu'en revenant à Soi, encore et toujours.

 

Il y aurait fort à dire à ce sujet, mais je ne souhaite pas aller plus loin afin que le mental, les jugements, ne viennent interférer. Dans ce post, il y a une sorte de petite lueur que je vous mets devant les yeux, et vous sentirez en votre coeur si cela résonne ou pas.

 

Ici je cherche uniquement à partager une autre vision. Cela en interpellera certains, d'autres liront distraitement, et alors ? Tout est parfait. 

 

Je propose.... et vous disposez:)

 

Chaque moment est propice à se poser des questions sur ce que vous ressentez, mais c'est vous qui décidez quand.

 

Dans la Joie et la Lumière

 

Sylvie 

 

Ce post peut être partagé mais en aucun cas transformé de quelque manière. Merci de toujours en citer la source et l'auteur.

 

 

 

 

 

Please reload

Please reload

Archives

© 2008 lumiere-d-etre.ch